L’Astronomie à Béjaïa et sa Région (11e – 19e siècles) : 3/5 - 3- Pratique de l’Astrologie

L’astrologie et la divination n’ont pas étés sans influence sur le développement de l’astronomie. C’est le cas de nombreuses disciplines scientifiques, tel que l’évolution bien connue de l’alchimie en chimie. De là est née la nécessité de l’étude de l’astrologie : son évolution au cours du temps, les différentes disciplines qu’elle intègre, …etc. à Béjaïa, la région qui a vue naitre de grands astrologues (Ibn Haydūr, Ibn Mahfūf,…), l’astrologie était très pratiquée, même par les familles royales. L’éminent astrologue Ibn ‘Azūz, l’un des descendants des princes Hammadides, est un parfait exemple. plus tard, même si le caractère déterministe de l’astrologie n’a pas tarder pas à soulever les citriques de certains penseurs, tel qu’In Khaldūn, au 14e siècle, et Ibn ‘Alī al-Shrīf, au 18e siècle, sa pratique ne fera qu’augmenter.

En astrologie, l’ouvrage d’al-Bunī (m. 1225), l’élève de l’astrologue de Bougie al-Hirālī, était l’un des plus prisés. Selon L. Viardot, le dernier terme de l’Astrologie parmi les musulmans, est le livre d’al-Bunī qui a pour titre le soleil des connaissances. Il passe, dit-on, pour renfermer les secrets les plus surprenants, et les musulmans ne le lisent, comme le Coran, qu’en état de pureté.

A son tour, le disciple d’al-Bunī, le métaphysicien Ibn Sab’īn (1216-1270), célèbre pour avoir répondu aux questions philosophiques que l’empereur Fréderic II de Hohenstaufen avait adressé au sultan almohade, a composé un ouvrage sur l’utilisation de la Zayrja. Sous la forme d’un tableau circulaire, cette dernière nécessite de profonde connaissance en astronomie pour avoir une réponse à une quelconque interrogation. Les personnes désireuses plus d’informations sur cet instrument, trouveront dans les prolégomènes d’Ibn Khaldūn, tout se qui est nécessaire pour combler leurs curiosité.

Parmi les adeptes européens de l’astrologie, on peut citer le célèbre philosophe catalan Raymond Lulle, l’auteur du Tractatus Novus de Astronomia. Lulle, très influencé par les travaux d’Ibn Sab’īn, a effectué de nombreux voyages à Bougie. Il y aurait même étudié les mathématiques vers 1280. Cependant, c’est son voyage de 1307 qui va entrer dans l'histoire. Il permet la seule discussion méthodique de Lulle avec un savant musulman dont il reste un compte rendu. Toutefois, les travaux de Lulle à Bougie sont difficiles à cerner. Néanmoins, il semble qu’il ne se soit intéressé sérieusement à des travaux musulmans que sous l’influence d’une certaine tendance missionnaire intellectuelle. Ainsi, Lulle va se limiter en mathématiques aux problèmes des figures spéculatives et en astronomie à la nature des corps célestes et aux jugements astrologiques.

 

 

Pour en savoir Plus

 

  • M. R. Bekli et D. Aissani, 1000 ans d'astronomie à Bougie et en Kabylie, International Journal L'Astronomie, Vol. 124, S.A.F. Ed., Paris, pp. 27–31, Février 2010. http://www.saf-lastronomie.com

  • David A. King, An overview of the sources for the history of astronomy in the medieval Maghrib, Deuxième Colloque Maghrébin sur l’histoire des mathématiques arabes, Tunis (Décembre 1988).

 

Connexion

Derniers messages du forum

ERREUR: mod_kunenalatest: Kunena 3.0 (ou plus récent) n'est pas installée sur votre système!